Cleantech

La présente édition est conçue pour les navigateurs sans soutien CSS suffisant et s'adresse en priorité aux malvoyants. Tous les contenus peuvent également être visualisés à l'aide de navigateurs plus anciens. Pour une meilleure visualisation graphique, il est toutefois recommandé d'utiliser un navigateur plus moderne comme Mozilla 1,4 ou Internet Explorer 6.

Début sélection langue



Début navigation principale

Fin navigation principale


Début secteur de contenu

Début navigateur

Fin navigateur



L’offre de formation

Une main-d’œuvre recherchée

Une main-d’œuvre qualifiée constitue une condition de base pour les innovations et le succès commercial tout comme pour l’économie des cleantech. La Suisse dispose-t-elle d’une main-d’œuvre suffisante? Quelles sont les qualifications recherchées? Brève analyse de la situation dans le cadre du Masterplan Cleantech.
Un personnel qualifié
Une enquête menée en 2009 révèle que le fait de disposer de «personnel qualifié» et de «personnes possédant des capacités managériales» constitue pour respectivement 68 et 76 % des entreprises consultées l’un des facteurs de réussite les plus importants pour l’innovation et le positionnement sur les marchés.

Certains professionnels viennent à manquer

Les analyses effectuées dans le cadre du Masterplan Cleantech montrent que dans l’ensemble, aucune pénurie de main-d’œuvre qualifiée n’est à déplorer. On observe toutefois des signes allant dans ce sens dans certains groupes de professions (mécaniciens, techniciens du bâtiment et personnes travaillant dans le bâtiment). Les domaines présentant des signes de pénurie possèdent cependant une vaste marge de manœuvre en matière de recrutement étant donné que les entreprises peuvent, dans la plupart des cas, employer des personnes ayant des qualifications dans d’autres branches. La flexibilité du marché du travail permet en outre de remédier, le cas échéant, aux difficultés temporaires. Toutefois, 65 % des entreprises cleantech interrogées déclarent avoir du mal à recruter de la main-d’œuvre qualifiée.

La formation professionnelle est à jour

La majeure partie de la relève est formée sur la base d’un savoir tenu à jour. De nombreuses filières de formation ont été révisées ces cinq dernières années ou sont en cours de révision. Afin d’encourager par exemple l’application de principes systémiques dans le domaine de l’assainissement des bâtiments, les stages professionnels des différents groupes professionnels devraient être mieux coordonnés entre eux.

Difficultés de recrutement de personnel R&D

Les entreprises cleantech rencontrent des difficultés plus grandes que les autres entreprises lors du recrutement de personnel dans la recherche-développement (R&D). Une pénurie de personnel R&D pourrait s’accentuer dans différents domaines économiques comme l’énergie, la chimie, les matières synthétiques, l’industrie graphique, l’électrotechnique, le papier, le bois, la métallurgie.

Rôle central de la formation continue

La formation continue revêt une importance capitale pour les entreprises cleantech. L’enquête sur l’innovation menée en 2008 par le centre de recherche conjoncturelle de l’EPF Zurich montre que 32 % du personnel des entreprises cleantech participent à des sessions de formation continue, contre 26 % dans les autres entreprises. Ce chiffre étaie l’hypothèse que les entreprises cleantech encouragent davantage leur personnel à suivre des formations continues.

Fin secteur de contenu



Cleantech - Contact spécialisé
cleantech@sbfi.admin.ch | Informations juridiques
http://www.cleantech.admin.ch/bildungsangebot/index.html?lang=fr